Communiqués de presse du groupe Front de gauche de la Région Île-de-France du 22 mars 2017 relatif au budget du Syndicat des transports d’Ile-de-France (STIF)

Les administrateurs Front de Gauche, n’ont pas voté ce budget qui ne réponds pas aux besoins des usagers et les pénalisera financièrement.
Ils se félicitent néanmoins de l’adoption de leur amendement proposant le lancement en 2017 d’une grande campagne contre le harcèlement des femmes dans les transports.

Le Syndicat des transports d’Ile-de-France (STIF) examinait ce matin le budget 2017 présenté par Valérie Pécresse.
Le Syndicat des transports d’Ile-de-France (STIF) examinait ce matin le budget 2017 présenté par Valérie Pécresse. Les administrateurs Front de Gauche n’ont pas voté ce budget car il ne répond pas aux besoins des usagers et les pénalisera financièrement.

Alors que le budget 2016, déjà très faible en investissements, présente un excédent de 120 millions d’euros, les propositions pour 2017 en matière d’offre de transports restent largement en dessous des besoins.

Pour Fabien Guillaud-Bataille, élu régional et administrateur du STIF, « les 60 millions d’euros prévus pour investir sur l’offre de transports ne permettront en aucun cas de s’attaquer sérieusement aux dysfonctionnements des RER. De même, pourquoi s’arrêter à 30 millions d’euros pour le plan bus, alors que les besoins sont immenses pour la grande et la petite couronne ? »

Pour Céline Malaisé, présidente du groupe Front de Gauche, « le budget de fonctionnement pour 2017 s’annonce là aussi excédentaire avec des dépenses en recul l’an dernier, et une hausse des recettes liées au versement transports. Pourtant Valérie Pécresse et sa majorité n’hésitent pas à voter une hausse de 2,5% sur le forfait Imagine R et préparent une hausse prochaine du pass Navigo. Une offre qui ne progresse pas, pour des tarifs plus élevés : c’est du perdant-perdant pour les usagers.

La politique des transports de Valérie Pécresse piétine ses promesses et est radicalement à contresens des besoins des Francilien-ne-s. » Les élus et administrateurs Front de Gauche se félicitent néanmoins de l’adoption de leur amendement proposant le lancement en 2017 d’une grande campagne contre le harcèlement des femmes dans les transports.

Publicités