Retraites : Macron torpille la démocratie

Alors que plus de 60 % des français.e.s continuent à demander le retrait de la réforme des retraites, le gouvernement fait le choix de bafouer la démocratie en s’entêtant à poursuivre son entreprise de casse de notre système de retraites.macron retraites démocratie

Des ouvriers aux cadres, des salarié.e.s du privé aux fonctionnaires, le refus de la retraite à points et de l’allongement de la durée de travail est massif.

Face à son échec politique évident, le gouvernement agit par la force en foulant au pied les principes les plus élémentaires de notre démocratie. Pour préserver les intérêts des plus riches, de la finance et du MEDEF, il choisit le coup de force.

Macron torpille la démocratie : Le tract
La fonction publique, cible privilégiée : Le tract

L’attaque portée aussi contre la retraite des fonctionnaires illustre les choix de classe de Macron contre l’ensemble de la fonction publique.

Il s’agit de poursuivre le détricotage des conquis du Conseil national de la Résistance et de mettre à bas deux constructions majeures de l’après-guerre initiées par des ministres communistes, Ambroise Croizat et Maurice Thorez.

Et sur le fond, c’est saper deux institutions fondamentales de la solidarité nationale où la satisfaction des besoins humains et sociaux est une priorité, dont le fonctionnement et le financement sont placés hors du champ de la prédation des marchés financiers.

L’attaque contre le statut de la fonction publique et les retraites
est l’expression d’une volonté de soumettre toute la société, tous les temps de la vie, à la domination du capital et de ses intérêts à court terme.