Rappel des Régionales 2016, les 100 jours de Valérie Pécresse !

Valérie Pécresse, aux côtés de Geoffroy Didier, vice-président du Conseil régional a confirmé son programme d’austérité et de mesures antisociales. Les cent jours de casse de Valérie Pécresse Article paru dans l’Humanité du Lundi 21 Mars 2016 élections départementales Régionales juin 2021, Céline Malaisé, Clémentine Autain, christophe Prudhomme, Pouvoir vivre en Ile de France, Parti animaliste, GDS, FI, Ensemble

Budget régionales 2016 : La présidente (LR) de la région fait voter la suppression des aides à la construction de logements sociaux, le non-remplacement des départs en retraite, l’annulation des dispositifs favorisant les communes populaires…

Pour ses cent jours à la tête de la région Île-de-France, Valérie Pécresse, présidente « Les Républicains », a confirmé son programme d’austérité et de mesures antisociales. Le débat d’orientations budgétaires, jeudi et vendredi derniers, a ainsi annoncé la couleur du budget qui sera débattu les 6, 7 et 8 avril 2016.

Ainsi en matière d’aide à la construction de logements sociaux, la majorité de droite a décidé de supprimer les aides aux communes disposant déjà sur leur territoire de 30 % d’habitations de ce type. Ce qui revient à stopper la construction sociale dans de nombreuses localités. « Les 630 000 demandeurs de logement dans notre région et les entreprises de construction peuvent être légitimement inquiets », s’indigne Céline Malaisé (PCF), qui préside le groupe Front de gauche. Pour elle, cette décision va « creuser les inégalités et aggraver les injustices territoriales ». Les élus PS rappellent que « 70 % des Franciliens sont éligibles à un logement social » mais Geoffroy Didier (LR) estime qu’il s’agit « de ne pas empiler la pauvreté sur la pauvreté ». Une appréciation ultralibérale qui n’a pas échappé aux élus du FN qui non seulement ont voté la mesure qu’ils ont qualifiée « d’intention louable » avant de proposer publiquement à Valérie Pécresse un bulletin d’adhésion.

Au chapitre du serrement de vis financier

Dans la même tonalité, et avec les mêmes soutiens politiques, la majorité régionale a décidé la suppression des modulations régionales qui permettaient selon certains critères sociaux, environnementaux et territoriaux, d’attribuer aux communes des subventions plus ou moins élevées. Baptisée « choc de simplification », cette décision brutale est « une régression sociale », déplore Mounir Satouri pour EELV. « Sous couvert d’une soi-disant justice sociale, c’est toute une solidarité entre les villes qui a été dynamitée », résume Céline Malaisé, « et si la mesure n’est pas immédiatement perceptible, les collectivités vont rapidement, déjà lourdement pénalisées par la chute des dotations d’État, se trouver face à des situations financières inextricables ». Ce dispositif prenant en compte les moyens financiers de chacun a permis jusqu’ici la construction de nombreux équipements socioculturels et sportifs. « Vous avez décidé de rendre encore plus inégalitaire la région de France la plus inégalitaire », s’est exclamé en séance Éric Coquerel (PG-Front de gauche).

Toujours au chapitre du serrement de vis financier, Valérie Pécresse prévoit une baisse de 120 millions du budget de fonctionnement. Ce qui devrait se traduire par le non-remplacement de tous les départs à la retraite au siège de la région (où travaillent environ 2 000 fonctionnaires et 8 000 dans les lycées), soit bien plus que les mesures initiées en 2007 par Nicolas Sarkozy pour qui il s’agissait de ne pas remplacer un départ sur deux. « Les agents sont particulièrement inquiets », explique Anne-Marie Laspougeas, secrétaire du syndicat CGT des personnels, « non seulement sur la charge de travail à venir, le regroupement de services, mais aussi le possible déménagement du site. Nous n’avons pas encore été officiellement informés. Ce que l’on sait, en revanche, c’est que des centaines de contractuels reçoivent actuellement des courriers leur indiquant que leur contrat ne sera pas reconduit ». Les personnels « sont tétanisés », insiste Céline Malaisé, qui voit dans cette multiplication de décisions prises en cent jours « une politique de rouleau compresseur » antisociale, « avec des attaques contre les plus fragiles ».

La première décision de la nouvelle majorité fut, on s’en souvient, de supprimer l’aide aux transports publics pour les titulaires étrangers de l’AME (aide médicale d’État). Peu après Valérie Pécresse a annulé les aides régionales pour la formation de 500 détenus en vue de leur réinsertion. Aujourd’hui, elle entretient le flou sur le financement futur du pass le Navigo (actuellement à 70 euros par usager). Quant à certaines de ses promesses de campagne comme « l’achat de 30 fois plus de trains » pour les métros RER et Transiliens, ce n’est plus dans les discours. Mais Valérie Pécresse tient la maison. Avec quelques fidèles à des postes clés. Ainsi le préfet Patrick Stefanini, son ancien directeur de campagne, désormais directeur général des services et à qui rien n’échappe, qu’il s’agisse de la réparation d’une photocopieuse ou d’une machine à café…

Le centre Auclert menacé Une réduction de 30 % de la subvention de la région Île-de-France menace l’avenir du Centre Hubertine-Auclert, lieu de ressources internationalement reconnu, notamment par l’ONU et de nombreuses collectivités en France, pour ses travaux sur l’égalité hommes-femmes en Île- de-France. L’observatoire régional des violences faites aux femmes est rattaché au centre, qui doit prochainement déménager et ferait ainsi l’économie d’un loyer. Mais il lui manquerait encore 20 % de ressources pour assurer ses missions. En une semaine, 1 200 signatures ont été recueillies sur une pétition initiée par les élus du Front de gauche.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s