Hôpital public : L’alarme !

Hôpital public : le cri d’alarme de Cherine Benzouid, médecin cardiologue cri d'alarme Hôpital public

Nous n’avons à faire confiance que dans le rapport des forces avec le pouvoir en place, la mise en mouvement du plus grand nombre pour soutenir concrètement ce mouvement, dans la conquête de l’opinion public sur les solutions qui sont toutes là, inscrites dans les revendications des soignants

Nul besoin de Grand Messe les solutions sont connus y compris les fausses que ce gouvernement va chercher à imposer : un combat commence, nous devons le gagner !

Pourquoi ceux pour qui l’argent est une finalité et un moteur de notre société sauverait-il notre système de santé et ne continueraient-ils pas à vouloir en faire une affaire rentable ? Comprenez par là en faire un secteur marchand et transformer le patient en client pour en faire un profit !

Vous avez dit, dette publique !

Le débat sur la dette publique va prendre davantage d’ampleur dans les mois et années qui viennent … Le regretté Bernard Maris nous explique comment le capitalisme nous impose une forme d’esclavage par la dette perpétuelle.

Extrait du documentaire «La Dette, une spirale infernale ?» diffusé sur Arte le 01/09/15

Hôpital public : le sursaut ou la régression !

Ainsi nous voilà arriver après près de 40 années de réformes libérale au point de basculement dans un nouveau système afin de faire de la santé une marchandise compatible avec la gestion capitaliste des besoins humains et qu’elle puisse devenir encore plus source de profit et d’accumulation du capital : Le service public à la française issue de la résistance constituant encore et malgré tout malgré ses attaques un obstacle majeur à cette entreprise que nos dirigeants entendent mener à leur terme. covid 19

Patck Peloux

Ainsi ici comme ailleurs des directions d’hôpital aux ordres qui accompagnent sans états d’âmes la politique de leurs maîtres ( ministres et grand groupe privé ) pour foutre en l’air toute l’architecture des services et système de gestion public en France suivant un processus bien connu :

1) les priver de ressources
2) mettre à la direction des hôpitaux des élites nommés par les agences régionales de santé véritable préfecture sanitaire et relais du pouvoir central au service de la finance
3) appliquer les critères de gestion du privé lucratif à l’intérieur même du service public
4) Maintenir cette politique coûte que coûte pour faire en sorte que le système explose et/ou soit disqualifié par ses utilisateurs et un personnel sommé de se coucher ou pousser vers la sortie. Lire la suite

Souveraineté économique, écologique et sanitaire

Ce mardi 19 mai 2020 se tenait un débat sur la souveraineté économique, écologique et sanitaire à l’épreuve de la crise du covid-19 à l’Assemblée nationale. André Chassaigne, député communiste, s’est alors exprimé en des termes sans détours et directs dénonçant la double discours du pouvoir actuel, qui semble découvrir la situation et se réveiller. santé plan santé 2020

« Le groupe La République en marche ayant convoqué ce débat sur la souveraineté économique, écologique et sanitaire, je ne peux m’empêcher de souligner l’ironie, voire l’hypocrisie de la démarche, car vous n’avez cessé depuis trois ans de déréglementer, de déréguler les marchés, de dynamiter les protections sociales. Certes, vous êtes engagés dans la préparation de la nouvelle séquence de la communication présidentielle : le « en même temps » doit désormais se décliner en monde d’après – nouvelle sémantique pour faire croire que tout peut changer pour que rien ne change. Mais allons-y, soyons concrets. La suite ici

Déconfinement : Quel avenir pour l’hôpital ?

Agnès Harteman cheffe du service diabétologie à la Pitié-Salpêtrière : On est en train de se poser une nouvelle question éthique : « Pourquoi on a eu tout ça pour des patients malades du Covid-19 ? » Tant mieux pour eux. On a pu faire tout ce qu’on pouvait pour eux, vraiment. Mais on a une crainte, c’est que tout ça s’arrête. déconfinement hôpital

« On va revenir à ces patients qui attendent des plombes sur les lits aux urgences »

Si on revient à un flux tendu encore pire qu’avant, les autres crises – grippe, bronchiolites de l’hiver – on pourra encore moins les encaisser. Puis on va revenir à ces patients qui attendent des plombes sur les lits aux urgences.

On n’a pas assez d’ambulances pour les transporter dans les services. Là, on avait tout ce qu’il fallait comme ambulances. Ils vont recommencer à attendre des heures avant d’arriver dans les services. On a très peur que l’hôpital public tombe dans l’oubli et que le retour de balancier soit terrible.

Collage d’affiches

Le 11 mai, jour du déconfinement, ils sont allés coller des affiches dans les rues de Paris. Ils craignent qu’un « retour à la normale » refasse surgir les problèmes de fond de l’hôpital public. déconfinement

Stéphanie, hématologue
« On a des revendications pour nos personnels paramédicaux, pour les infirmières, les aides-soignantes, les manip’ radio, les secrétaires. Il faut que tous ces gens soient mieux payés, que leur travail soit mieux reconnu, mais tout ça, c’est dans un but de mieux soigner les gens. C’est pour ça que ça nous met en colère : on se mobilise pour les gens, pour la population. On a besoin que tout le monde nous soutienne et ça fait des mois, voire des années qu’on ne nous entend pas. »

Mathieu, infectiologue
« On avait vu le grand débat organisé par Macron. Le thème numéro 1 qui était sorti, c’était la santé. C’est quelque chose qui n’a jamais été repris par le gouvernement, ça n’a jamais été une priorité. Ce que montrait le sondage, au niveau des soignants, c’était cette histoire d’avoir du temps pour soigner. C’est du temps effectif, technique, du temps pour tenir la main des gens, du temps pour parler avec les personnes malades. Ça, on n’en avait plus. » –

Paroles de toubib

Paroles de Toubib du Mardi 12 Mai 2020 : Déconfinement à l’Hôpital !

Christophe Prudhomme, médecin au Samu 93.
Amertume,

Alors que le déconfinement est vécu comme une libération par la population, il n’en va pas de même à l’hôpital. La mobilisation a été fatigante mais la solidarité a permis de tenir. Tout le monde s’accorde sur le fait que l’ambiance de travail pendant ces quelques semaines a été bien meilleure que ce que nous avons connu ces dernières années. Les renforts venus d’autres régions, les petites attentions du boulanger qui nous livrait tous les matins des viennoiseries, l’amélioration des repas… Tout cela nous apportait un peu de soleil chaque jour.

Puis, depuis quelques jours, nous revenons aux repas de l’hôpital dont tout le monde connaît la qualité, nous nous retrouvons de nouveau avec des plannings en sous-effectifs… En bref nous revenons à la vie d’avant, ce qui psychologiquement est très dur à supporter. La suite ici hôpital déconfinement

Espérons !

Le nombre de malades hospitalisés en réanimation diminue, mais le nombre de lits ouverts aussi. D’où des tensions insupportables pour les patients et les soignants. Dimanche, dans mon hôpital, il n’y avait plus aucun lit disponible.

Nous sommes revenus à la situation antérieure, avec des patients qui restent sur les brancards en attente de lits. C’est insupportable ! Et ce d’autant que le ministre de la Santé annonce que nous allons progressivement revenir aux 5 000 lits de réanimation disponibles sur l’ensemble du territoire. La suite ici

Texte de Marc, médecin généraliste dans le 77

« Au moment de sortir du confinement, les équipes de soignants, si elles retiennent beaucoup de stress, mesurent aussi les « miracles » accomplis et les largesses financières inédites dont elles ont pu bénéficier. C’est donc avec appréhension qu’elles voient aujourd’hui cette parenthèse se refermer, les mesures du « plan massif d’investissement et de revalorisation » en faveur de l’hôpital promis par Emmanuel Macron le 25 mars à Mulhouse n’étant toujours pas connues ». Lire la suite

Pour une politique de la santé pour l’humain

Communiqué de la Coordination Nationale des comités de défense des hôpitaux et maternité de proximité : ASSEZ !hôpital

Exigeons la gratuité des masques ! Reprenons les choses en main : réapproprions-nous notre Sécurité Sociale en exigeant le remboursement des exonérations scandaleuses, en augmentant ses ressources et en rétablissant une gestion démocratique.

Ouvrons partout la concertation sur la politique de santé dont nous avons besoin pour que la crise que nous venons de vivre, qui va durer encore un certain temps, ne se reproduise plus : états généraux, cahiers de doléances, observatoires locaux de la santé…Usagers, personnels, élus, inventons ensemble la politique de santé dont notre pays a besoin, il y a urgence et, dès maintenant, exigeons la prise en charge du Covid 19 à 100% par la Sécurité Sociale comme pour tous les soins.

Assez de belles paroles sur l’hôpital, assez de sanglots longs sur les hospitaliers, Mesdames et Messieurs qui nous gouvernez, un peu de dignité, lorsqu’on fait des choix, il faut les assumer. La suite ici

11 Mai et stratégie du déconfinement

Déconfinement et stratégie du déconfinement : quelques éclairages pour s’en faire une idée ! déconfinement du 11 mai

Déconfinement. Ce qu’il faut retenir de la conférence de presse du gouvernement dans l’Humanité du Jeudi 7 Mai 2020

Le magazine de la santé sur France 5. Deux interviews à ne pas manquer.

Catherine Hill, épidémiologiste, réponds aux questions de Marina à propos des projections épidémiologiques pour le déconfinement des départements. Lire la video à partir de 00:02:30

Le Dr François Salachas, neurologue au groupe hospitalié Pitié-Salpêtrière à Paris et membre du collectif inter-hôpitaux répond aux questions à propos de la crise déjà existante des hôpitaux. Lire la video à partir de 00:15:30

Nos dossiers Covid-19 déconfinement

Déconfinement : Communes, Transport , Ecoles etc …

Déconfinement : « Nous estimons que ce plan est dangereux » dit Fabien Roussel, secrétaire générale du PC. Interview à France Info du 28/04/2020 stratégie du déconfinement

Communes : Le premier ministre se défausse du déconfinement sur les maires : c’est inacceptable !
Déclaration de la Coopérative des Élu·e·s Communistes et Partenaires

Faut-il rouvrir les écoles le 11 mai ? Sécurité sanitaire des enfants, des personnels et de leurs familles … et rôle central de l’éducation dans notre démocratie. Communiqué du PCF

Sur la méthode et le transport, Laurent Brun Secrétaire de la fédération cheminots CGT : Après l’allocution du PM, nous avons au moins une confirmation : les reprises de l’école et des transports ne se font que pour assurer le redémarrage de l’économie. Le diplôme des lycéens ou la visite à la famille ne sont pas la préoccupation. On ne peut pas dire que le risque de décrochage scolaire concerne principalement les crèches et les maternelles… ce sont donc bien les « garderies » qu’on rouvre pour que les parents aillent au travail. Lire la suite

Chronique d’une déroute industrielle

Le scandale d’Etat des respirateurs médicaux produits par le consortium Air Liquide, PSA, Schneider Electric et Valeo respirateur

Un bon coup de pub financé sur fond de crise sanitaire grâce aux 30 millions d’euros d’argent public pris dans la poche des contribuables ! Le communiqué CGT des branches professionnelles de ces industries

… Ce faux semblant d’unité industrielle aurait pu être évité si tous les efforts n’avaient pas été mis pour écarter les organisations syndicales et les salariés, seuls à savoir ce que signifie une production essentielle qui sauve des vies.

La promesse d’un état et de premiers de cordée défaillant là aussi ! Coronavirus : 8 500 respirateurs produits… pour rien ? La cellule investigation de France Inter du 23 avril 2020

Déconfinement du 11 mai : la position des communistes

Assemblée Nationale Débat du 28 avril 2020 / Intervention de Stéphane Peu pour le groupe communiste et apparenté Stéphane Peu déconfinement Monsieur le Président,

Monsieur le Ministre, Cher·es collègues,

Après nous avoir conviés à débattre cet après-midi d’une application qui n’existe pas, voilà que vous nous convoquez à un débat bâclé sur un plan de déconfinement que les parlementaires n’ont pas eu le loisir de découvrir ou d’amender. Lire la suite

Hôpitaux de l’ Hôtel-Dieu et du Val de Grace

Destruction de l’offre public de santé, un plan élaboré de longue date. Ici l’exemple du démantèlement programmée des Hôpitaux de l’ Hôtel-Dieu et du Val de Grace hôpital Hôtel Dieu Val de Grâce

Hôtel-Dieu, Val-de-Grâce, même combat : le personnel de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris et ceux de l’Hôtel-Dieu en première ligne a battu le pavé solidairement avec les soignants de l’établissement militaire. Ensemble, ils ont dénoncé le nouveau « tour de vis de restructurations et de fermetures de lits » infligé aux hôpitaux par la nouvelle loi santé. Le Parisien 24 octobre 2014

Défendre l’Hôtel-Dieu pour défendre l’ensemble des hôpitaux publics parisiens ! Communiqué du PCF de Paris XVeme du 28 Février 2014

Lire la suite

Conditions nécessaires pour un déconfinement en France

Covid-19 France : Conditions nécessaires pour un futur déconfinement – qui ne mettra pas fin aux mesures de distanciation. Par Philippe Sansonetti, professeur au Collège de France et professeur émérite à l’Institut Pasteur : déconfinement

« Réfléchissons aux raisons possibles de l’échec de la stratégie initiale de distanciation sociale en France, puisque son efficacité sera la clé du succès de notre sortie de confinement.

Car notre pays, son économie, son personnel médical, ses forces vives ne tiendront pas contre un ou plusieurs rebonds qui nécessiteraient une reprise de mesures de confinement « en accordéon ». C’est inimaginable, nous devons réussir notre déconfinement et n’avons que peu de temps pour le préparer.

Questionnements annexe : Que vaudront les milliards d’Euros de la BCE sans une intelligence européenne collective et solidaire ?

Cette réaction massive, scientifique, médicale, sociale, économique, à la pandémie serait-elle survenue si Covid-19 n’avait pas d’abord touché les pays nantis ? » Son entretien c’est ici

Covid-19 : Etat des lieux

Loïc Pen, médecin urgentiste à l’hôpital de Creil où a été détecté le premier patient atteint du Covid-19 en France, répond aux questions de « Pognon de dingue » et témoigne de ses conditions de travail. Loic Pen Covid-19

Mensonges du gouvernement, pénuries de matériel, contrainte de choisir qui soigner entre les patients, renoncement aux soins pour d’autres maladies sont passés au crible : La vidéo

En pleine crise sanitaire, les personnels craignent que les fermetures temporaires de services pour mutualiser les postes ne deviennent pérennes. Loin de la pause dans les plans de restructuration promise par le gouvernement. Les économies budgétaires n’ont été annulées nulle part. Pour les équipes sur le pont 24 heures sur 24, la poursuite de la cure d’austérité est un choc. 4 exemples !

Parole de soignante

La prime du mépris de 500 ou 1000€ pour qu’on ferme notre gueule ! On en veut pas ! Parole de soignante

Donnez-nous plutôt des sous pour l’hôpital public,pour valoriser notre travail et qu’on ait les moyens de soigner

Ohé les gens réveillez-vous ! Citoyens çà fait 15 ans au moins déjà que l’on peut plus soigner humainement …

… le fric s’en va vers ceux qui brasse déjà déjà trop de tunes ! Faut arrêter là !

Et çà commence maintenant ! Nous demandons une revalorisation, pas l’aumône ». Face à l’engagement des agents pendant la crise, l’exécutif distribue des « primes exceptionnelles » à la carte, au mépris d’une revalorisation salariale plus égalitaire. Dans l’Humanité.

Stratégie du 11 Mai : Contenir l’épidémie ou l’éradiquer ?

Le bout du tunnel a désormais une date, le 11 mai. Mais la fin du confinement ne veut pas dire fin du Covid-19. Dès lors, il convient de se mettre d’accord sur l’objectif.

Catherine Hill est épidémiologiste, biostatisticienne et chercheuse émérite à l’Inserm. Elle décrypte le scénario sous-tendu par les annonces d’Emmanuel Macron lors de son allocution télévisée et alerte sur les risques d’un déconfinement précoce et brutal qui provoquerait une recrudescence de cas de Covid-19. covid-19

Contenir l’épidémie afin que le système de soin puisse faire face à l’arrivée de malades plus ou moins graves. Cela se cristallise désormais dans le fameux nombre de lits de réanimation disponibles.

Ou éviter que la population ne contracte la maladie. Vieux débat : guérir ou prévenir.
Chronique de la pandémie

Chaque jour depuis le début de la pandémie, l’épidémiologiste et biostatisticienne qui avait prêté main-forte à Irène Frachon pour dénoncer le scandale du Mediator compile les données disponibles pour suivre la propagation et les ravages du virus. Elle s’attache aussi à traduire et à décrypter des études et des articles scientifiques du monde entier, à comparer les différents scénarios d’évolution de la pandémie et à identifier les données manquantes comme le taux de personnes asymptomatiques ou le taux de contamination de la population. Entretien

Un rapport de l’INSERM
mis en ligne le 12 avril, traduis en français, confirme le risque que fait peser une levée du confinement sans préparation. « Déconfinement le 11 mai » a proclamé Urbi et Orbi le Président de la République, pourtant les scientifiques sont beaucoup plus circonspects. A consulter ici

Lettre ouverte de Philippe Martinez au président de la République

Monsieur le Président de la République, Monsieur Emmanuel MACRON,

La crise sanitaire du Covid-19 ne faiblit pas. La pandémie du nouveau coronavirus a déjà fait des dizaines de milliers de morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine. Près de 800 000 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués dans 188 pays et territoires depuis le début de l’épidémie. L’épicentre s’est concentré sur l’Europe. lettre Philippe Martinez

Notre pays est particulièrement touché et le nombre de personnes contaminées ne cesse de s’accentuer. Beaucoup d’hôpitaux sont désormais submergés par l’arrivée de nouveaux malades nécessitant des soins intensifs et longs.

L’ensemble des personnels soignants ainsi que ceux des secteurs du soin à domicile, dans les maisons de retraite font face, attachés à leur mission de service public, mais force est de constater que leurs conditions d’exercice pose question.

En effet, les commandes de masques, de matériel médical, voire de médicaments ou les tests annoncés par votre gouvernement tardent à se concrétiser. La suite ici

Avec Loïc Pen, médecin urgentiste CGT ( suite … )

Avec Loïc Pen, médecin urgentiste CGT … En direct de l’hôpital de Creil (Oise) … Samedi 11 Avril 2020
l'Humanité : En direct de l’hôpital de Creil (Oise), Jeudi 26 mars 20h40.

Le point chaque semaine sur notre facebook sur la situation, le rappel des recommandations sanitaires, et les réactions à l’actu.

En bonus Covid-19 : 75 propositions d’urgence pour faire face à l’épidémie.

Dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire mis en place pour faire face à l’épidémie de Covid-19 qui frappe notre pays, les députés communistes et du groupe de la Gauche démocrate et républicaine proposent des mesures qui ont vocation à être immédiatement applicables : décryptage

Signez la pétition : « de l’argent pour l’hôpital pas pour le capital ! »

Par deux fois, le 16 mars lors de son allocution télévisée et le 25 mars à Mulhouse, E Macron a fait les louanges de l’action des personnels de santé, leur annonçant des mesures exceptionnelles ainsi que pour tout l’Hôpital. La pétition pétition hôpital santé

Mais à ce jour, les masques restent contingentés, la rallonge budgétaire de crise ne prévoit que 2 milliards pour l’Hôpital et, encore, le fléchage de cette somme demeure des plus obscurs alors qu’en France 300 milliards sont prévus pour garantir les prêts bancaires des entreprises, sans aucune condition sur l’emploi, 35 milliards pour faire face à leur défaillance fiscale et sociale et que l’on débranche tous les garde-fous sur le temps de travail. Au niveau européen 1.000 milliards sont prévus par la BCE pour soutenir la valeur des titres boursiers. Lire la suite

Le virus, révélateur de décivilisation

L’irruption du coronavirus et sa diffusion partout dans le monde viennent rappeler l’humanité à sa condition. xxx

Solidaire, bienveillants, unis La vidéo

Il s’agit d’un événement majeur qui suscite l’inquiétude, provoque des incompréhensions, et déclenche des mesures inédites. Il vient aussi mettre à jour les graves dangers provoqués par les politiques néolibérales et l’urgence de profonds changements. Inutile de préciser que l’accélération macroniste n’a pas arrangé les choses. C’est l’état de civilisation de nos sociétés qui est révélé par le virus.

Considérer la santé comme un bien commun mondial

Les humains ont partie liée tout autour de la planète. Nous sommes interdépendants et ce n’est qu’ensemble que nous pourrons relever les défis communs. Nous savons que les fragilités sanitaires des uns mettent en danger la sécurité de tous les autres. Nous savons que les pollutions, la malproduction, le maltravail et la malbouffe nous abîment. C’est pourquoi le droit à la santé doit être ardemment promu au rang de priorité première de l’échelle nationale à l’échelle internationale. Cela suppose une solidarité dont les obsédés de la frontière ne veulent pas et que les obsédés du libéralisme veulent réduire à sa plus simple expression. Cela suppose aussi que rien ne puisse passer avant, pas même l’orthodoxie budgétaire. Lire la suite